Oh! Toi, Belle Acadie  

 

Oh! Mon Acadie, berceau de mon enfance

Tu nous berces sur tes flots en attendant ta délivrance

Tes enfants sont partis si loin les pauvres exilés

Je vois dans ton regard cette grande tristesse, comme tu dois les manquer

 

 

Oh! Peuple acadien, te souviendras-tu toujours de cette grande tourmente

Te seras t’il possible d’oublier un jour cette douleur si lancinante 

J'entends l’écho de ton peuple qui pleure et se lamente

Pauvres âmes meurtries qui errent ici et là comme des âmes souffrantes

 

 

Puis-je croire qu'il arrivera ce jour tant attendu

L’espoir de voir tous tes enfants réunis dans une paix absolue

Te voilà enfin, je viens de te retrouver, c’est bien toi, comme tu m'as manqué

Dieu qu'il est doux ce silence qui vient de si loin, il vient m'apporter la sérénité.

 

 

Bientôt, tes enfants reviendront et tu les accueilleras dans tes bras

Alors tu verras, des sanglots et des pleurs, plus jamais il n’y en aura

Oh! Mon Acadie, pays de mes amours oubliés

Quand te lèveras-tu debout pour proclamer ta "Liberté ".       

 

Georgie

 

 

©  2001 Georgie Mallais - Tous droits d'auteur me sont réservés

1