Les Trois Conseils du Fermier 

  ( conte populaire )

Raconté à Sudbury, en 1954, par M. Camille Chiasson (acadien) âgé de 74 ans: appris dans les chantiers du N.-Brunswick d'un M. Sweeny (60 ans environ) plus de 30 ans passés.  

 

 

 

Un fermier marié, a un fils; gros travailleur, vit pauvrement. Il décide, avec le consentement de sa femme, d’aller s’engager sur une grande ferme, à l’étranger, pour gagner un peu d’argent. Il part pour un an. Il prend une route à travers la forêt… arrive à

des fermes, demande de l’ouvrage; est refusé. Après plusieurs mois, un fermier l’accepte. Il travaillera un an et retournera ensuite chez lui….

 

 

Après un an, l’employé demande son salaire et annonce son départ…Le maître de la ferme se fait prier, mais accepte les raisons de son  employé; il lui donne à choisir, pour salaire, ou bien $400 ou bien un conseil. L’employé hésite… prend le conseil : "En voyage, ne retourne jamais la tête, n’arrête jamais pour en attendre d’autres…"  

 

Lemployé n’a pas d’argent; il décide de servir le maître-fermier encore un an. Il double de diligence… au bout de l’an, il demande son salaire et veut retourner chez lui. Son maître lui offre, en paiement, de choisir entre une somme de $600 ou un conseil; l’employé hésite… il est venu gagne la vie des siens; puis il choisit le conseil : "Ne jamais coucher dans une maison où une jeune femme vit avec un vieillard…"  

 

L’employé décide de travailler encore un an sur la ferme de son maître. Au bout de l’an, il demande son salaire. Le patron lui offre de choisir entre une somme de 800$ ou un conseil;l’employé hésite… choisit le conseil : "Toujours remettre sa colère au lendemain…" Cette fois, il est décidé à retourner vers les siens; il se prépare au voyage…va à l’église du village…Pendant ce temps, le patron fait faire une pâte de tarte, y enferme $1700 en pièces d’or, la fait envelopper soigneusement.

 

   

L’employé a fait son sac de voyage, est prêt partir; le patron lui

 donne la tarte et lui défend d’y toucher avant de prendre le premier repas avec sa famille… Accepté… L’employé prend la route… Au milieu de la forêt, 3 hommes marchent loin derrière lui, lui font signe de les attendre; le voyageur se rappelle le conseil du fermier; ne jamais détourner la tête… ne jamais en attendre d’autres… il hâte le pas.

 

 

  Le soir, il arrive à une maison : il reconnaît les os d’une main

 humaine dans  la viande…. Il quitte la table… un vieillard sort d’une chambre avec un long couteau; le voyageur saute par une fenêtre, se cache sous une meule de foin; la jeune femme et le vieillard viennent se chicaner près de la cachette; le voyageur les entend se faire des reproches :"C’est ta faute, c’est la tienne… nous l’avons manqué!.

 

 

À une bifurcation de la route, il croise un homme en voiture; le

 cocher lui demande s’il n’a pas vu des hommes sur cette route; le voyageur affirme que 3 hommes l’ont suivi et lui ont fait signe d’arrêter. Le cocher lui dit : "Vous êtes le voyageur le plus chanceux du monde…presque tous les voyageurs qui passent sur cette route sont assassinés." Et il fait route dans la voiture du cocher.

 

 

Le fermier arrive chez lui; il ne se reconnaît presque plus…son

 cheval blanc hennit… Il entre dans sa maison, fonce dans la chambre de sa femme… il voit un homme couché dans la même chambre que sa femme. Il est furieux; il sort aiguiser son couteau, revient pour les tuer tous deux… puis se rappelle le conseil de son patron "de toujours remettre sa colère au lendemain… Il réveille sa femme, commence à la gourmander… Elle lui assure qu’elle lui est restée fidèle; l’homme qui couche dans sa chambre est leur fils qui a grandi… Il le reconnaît. Ils mangent ensemble… il déclare à sa femme qu’il n’a pas un sou; la femme se dit contente de son retour, même s’il n’a pas d’argent.

 

 

Pendant le déjeuner, il pense à sa tarte… il fouille dans son sac,

 trouve la tarte, la donne à sa femme; c’est un cadeau de la femme de son patron. La femme du fermier la trouve pesante; elle essaie de la couper…inutile. Le fermier l casse sur son genou… des pièces d’or roulent à terre; il trouve $1700 de son patron.

 

 

Il est heureux d’avoir choisi les conseils qui lui ont sauvé la

 vie et toute la famille bénéficie du salaire du courageux fermier.

 

Source : Auteur inconnu

1