Le Chant des Sirenes

 

Matelots et marins qui naviguez sur cette vaste océan  

Les avez-vous entendus ces cris déchirants

Ceux des sirènes déesses des eaux

Qui vous envoûtent de leur présence sur les flots

 

Oh! Sirènes, belles sirènes qui venez embrouiller nos rêves la nuit

Votre belle et longue chevelure qui scintillent et votre chant nous éblouit

Oh! Belles sirènes ne partez pas si tôt demeurez encore près de nous

Vos voix si envoûtantes nous émerveillent à nous rendre fous

 

Comment s’approcher plus près de vous sur ces rochers

Afin d’entendre encore une fois cette mélodie venant nous envoûter

Laissant traîner votre queue de poisson dans l’écume salée

Comme vous êtes resplendissantes oh! Belles sirènes, mes beautés

 

Pauvres marins, vous êtes tellement confus dans vos têtes tel un enchantement

 Divaguant sur le quai en virevoltant innocemment

Plus jamais vous n'oublierez ces mélodies si délirantes

Belles sirènes laissez-les donc repartir, soyez un peu indulgentes

 

Le vent est accouru pour assister les pauvres marins

Oh! belles créatures divines, libérez donc les miens

Vos chants sont si beaux et si délirants

Il faudra repartir mes belles, l'endroit n’est point sécurisant

 

Mais quel charmeur ce vent séduisant

Nos belles sirènes s’éloignent en le saluant

Revenez nous voir beaux et vaillants matelots

Nous serons près de ces rochers attendant votre bateau  

Oh! Belles sirènes, merci de vos chants si magnifiques

On se reverra bientôt c’est promis, dans ce lieu si fantastique.

 

©  2001 Georgie  Mallais - Tous droits d'auteur me sont réservés

 

 

 

                                                                                                                                 Georgie

 

 

 

1