Make your own free website on Tripod.com

 

 

Le Vaisseau de Feu de la Baie des Chaleurs

 

 

 

-1-     Histoire raconté par un Norvégien témoin de la vision

 

En 1500, Gaspar Corte-Real, navigateur portugais, vint dans ces parages. C'était un aventurier assez dépourvu de scrupules, car non satisfait de trafiquer avec les Indiens, il aborda un jour sur la côte de Gaspé, non loin, croit-on, du Cap des Rosiers où trente-quatre ans plus tard, Jacques Cartier le malouin devait prendre possession solennelle du pays.

 

Corte-Real invita les principaux chefs à monter sur sa caravelle. Il leur fit fête, les enivra et les pauvres malheureux ne s'éveillèrent qu'en plein océan, en route pour le Portugal, où ils furent vendus comme esclaves. Enhardi par ces succès, Gaspar revenait en 1501 pour pénétrer plus avant et jeter l'ancre sur les rives de l'île au Héron dans l'échancrure où s'élève aujourd'hui notre quai.

 

Un grand nombre d'Indiens s'étaient rassemblés ici, car l'île est fort giboyeuse et Corte-Real séjourna plusieurs jours, trafiquant avec les naturels qui avaient l'air sans méfiance. En réalité, ils n'attendaient que l'occasion pour venger leurs frères. Par une nuit noire, une forte troupe sauvage envahit le bâtiment, massacra tout l'équipage. Seul Corte-Real eut la vie sauve; sa mort devait être plus lente. Garrotté étroitement, il fut placé sur le roc du Héron. Là, durant trois heures, pendant que la mer assiégeait petit à petit l'écueil, on tourmenta le prisonnier de toute façon. Enfin, on l'abandonna à la minute où la marée montante venait lécher le dessus du roc. Pouce par pouce, le Portugais vit venir la mort; à la mer étale, le malheureux avait disparu.

 

L'été suivant, en 1502, Miguel Corte-Real, frère de Gaspar, inquiet, partit à son tour de Lisbonne et atteignit la Baie des Chaleurs. Il y retrouvait la caravelle toujours embossée au centre de l'île au Héron.Le vaisseau paraissait intact, nul être vivant sur le pont. On approcha, mais aussitôt une large troupe de canots sauvages entoura le nouveau bâtiment; comme des singes, les naturels grimpèrent à bord, massacrant une partie de l'équipage dans l'imprévu de la surprise. Le capitaine et ses hommes se ressaisirent et allèrent se barricader en arrière; ils s'armèrent en hâte, pour vaincre ou succomber.

 

La caravelle laissée sans direction allait à la dérive. Les blancs comprirent qu'ils étaient perdus, alors, ils firent le serment de ne pas se rendre: ils mourront ensemble. Ils viendront même promirent-ils, hanter pendant mille ans après leur mort, la Baie des Chaleurs. Ils se précipitèrent en dehors de l'arrière, surprirent les sauvages, mais, durant la rencontre, le feu s'alluma à bord. Toutes ses voiles en feu, le navire courut sur les eaux, puis disparut. Un Indien seul se sauva et c'est lui qui raconta l'histoire.

 

À dater de ce jour apparut parfois le soir, voguant au gré des vagues, le vaisseau en feu, surtout la veille d'une tempête, à ce point que le dicton s'est répandu « le vaisseau de feu s'est montré, pour sûr, nous allons avoir un grain. » Effrayés par les fréquentes apparitions, les Indiens abandonnèrent l'île au Héron pour se réfugier à l'embouchure de la Baie des Chaleurs, sur les bords de la Restigouche.

 

Le vieux Norvégien s'était tu. À voix basse, ses compagnons échangèrent leurs réflexions et quelques-uns affirmèrent aussitôt avoir vu déjà le vaisseau de feu. Notre chef rappela qu'à deux ou trois ans d'intervalle, la même légende, mais moins détaillée, lui avait été racontée par un pêcheur de la côte Sud. C'était cette persistance de l'apparition du vaisseau, les soirs précédant l'orage, qui lui faisait croire à un phénomène électrique. Mais il ne tenta pas d'expliquer la chose au vieil insulaire qui, je le crois bien, du reste, n'aurait voulu rien entendre.

 

 

 

- 2-  Une autre version d'un autre témoin disant l'avoir aperçu   Mme Francis Hickey 85 ans née Ida Lapointe Lorne (Restigouche)

 

Jadis, des pirates ont massacré une vieille à l'entrée de la Baie des Chaleurs, aux alentours de Port-Daniel. Cette dernière leur a alors souhaité que « tant que le monde serait monde, ils brûleraient dans la baie ».

(C'était à l'époque où les premiers habitants s'établissaient dans cette région.)

Depuis ce jour, on voit, en face de Bonaventure, à l'approche du mauvais temps, un voilier en feu qui se tient, le soir, à environ 10 milles de terre, en race du Banc. Bien qu'il se tasse parfois de quelques arpents, il n'a jamais changé d'endroit.

Plusieurs se sont rendus, et vont encore au large pour essayer d'accoster le navire. Mais c'est en vain. À mesure qu'ils approchent, il se recule. Personne n'a réussi à l'atteindre.

 

 

 

 

- 3- Une autre version d'un autre témoin disant l'avoir aperçu   :  Nom du vieillard : Patrick Blanchard (101 ans)
 

 

Un vieillard nous disait ceci : « J'avais un bateau, il faisait nuit; je ne dormais pas, alors je me levai et alla sur le pont. Je vis une lueur à une vingtaine de verges du bateau. C'était un bateau et sur le pont il y avait un feu et c'est pareil à une équipage qui attisait le feu et les étincelles volaient dans l'air. Je fis réveiller les hommes; ils dirent que c'était le feu du mauvais temps. Nous le suivirent, tout à coup, dit-il, il me vint une idée de mesurer l'eau. Nous étions presque à côté. Je fit le signe de la croix et il disparut. »

Alors je lui ai demandé quelle était son origine. Il me répondit qu'il avait entendu dire que c'était un bateau qui s'en allait sur la mer et voyant qu'il allait périr, l'équipage criait de désespoir. Alors un des hommes se mit à genoux et dit le chapelet. Les autres hommes qui étaient à bord dire que c'était lui qui leur portait malheur, puis ils le tuèrent. Mais quand même le bateau prit feu et on dit que c'est le sang du catholique qui crie vengeance.

 

Source : Université de Moncton, Centre d'études acadiennes, Fonds Catherine-Jolicoeur, 63.011

 

 

 

 

- 4 - Une autre version d'un autre témoin disant l'avoir aperçu:   M. Oliva Gauvin, 70 ans Shippagan, NB

 

C'était un bateau à quatre mâts. C'était surtout un bateau de plaisance. Le monde faisait des frolics sur le bateau et ils dansaient. Les prêtres défendaient ces plaisirs. Mais ils continuèrent. Un gars est apparu; supposément le diable. Il a ensorcelé le bateau et le bateau disparut dans l'air. Certains vieux disent que le bateau passe de temps à autres et plusieurs disent avoir vu le bateau en feu au large.


Université de Moncton, Centre d'études acadiennes, Fonds Catherine-Jolicoeur

 

- 5 - Une autre version d'un autre témoin disant l'avoir aperçu: M. Jim Haché (mon grand-père) Shippagan 85 ans

 

Mon grand-père qui était pêcheur de son métier, me raconta un jour alors que j'étais enfant, qu'il avait aperçu ce fameux bateau fantôme, c'est ainsi qu'il l'appelait; voici comment il me décrivit l'histoire: "Alors que j'étais au large entrain de lancer mes filets à l'eau, j'aperçus au loin un bateau enflammé; j'entendais des gens qui tentaient d'éteindre les flammes hurler tandis qu'un autre jouait du violon et d'autres blasphémaient et s'enivraient. Je l'ai bien vu et j'entendais clairement ces voix qui criaient puis il disparu et je ne le revît plus jamais. J'avais eu un grand frisson car je savais que d'autres pêcheurs l'avaient aperçu donc je savais qu'il s'agissait bien du vaisseau fantôme."

 

 

                                                                                                                                                                                         Georgie