Le Vieux Pêcheur

( Ce poème est dédié à mon grand'père que j'admirais énormément dans mon enfance

 et qui a su m'inculquer des bonnes qualités de persévérance et de courage )

 

 

 

Le Printemps est à nos portes, l’air salin nous frôle le nez

On aperçoit au loin un vieil homme réparant ses filets

Il chantonne une vieille chanson de marins « Partons la mer est belle »

On entend sa voix de ténor profonde retentir tout comme la nature qui s’éveille

   

Il se promène de long en large dans les alentours

Ne sachant que faire en attendant le grand retour

Remettre sa vieille barque au large, c’est son plus grand souhait

Ramer, ramer, ramer dans ces flots, pour y jeter ses trappes et ses filets

 

Puis enfin, le grand jour est arrivé pour notre bon vieux pêcheur

Dès l’aube, il est debout excité de retrouver la mer, quel bonheur

Il rame longtemps sans s’épuiser jusqu’au large

Puis admire toute cette splendeur qui l’entoure et apprécie tout le paysage

 

Ohé! du bateau, que faites-vous donc braves matelots sur ces flots

Puis, on entend une sirène de bateau qui vient résonner sur l’eau

Notre pêcheur tressaillit de tout son être et s’éclate de joie

Il est comblé de bonheur et heureux tout simplement d’être là

   

Il pêche, pêche jusqu’à ce que la brunante prenne

Puis, voilà qu’on l’aperçoit au loin, revenant avec ses cages pleines

Notre pêcheur hale sa barque et l’amarre sur le bord de la côte

Il a rapporté du homard que nous dégusterons sûrement sans faute

 

Notre pêcheur est là debout près de la fenêtre

Il regarde au loin la mer en fumant sa pipe, satisfait de son bien-être

Que d’aventures et de nombreux souvenirs il a dû vivre cette homme

L’aurait-il réellement aperçu ce fameux vaisseau fantôme

   

Un jour, il nous raconta l’histoire du Majestueux Titanic

Ce fût en chanson qu’il nous l’interpréta ce récit fantastique

Parfois l’on apercevait notre vieux pêcheur sur le bord du quai

On savait que c’est de son bateau qu’il rêvait un jour d’acheter

 

Hélas, notre pauvre homme n’eut jamais la chance d’acquérir son bateau

Car le destin voulut qu’il nous quitta beaucoup trop tôt

Notre bon vieux pêcheur n’est hélas plus de ce monde

Parfois on dit qu’il revient longer la côte et faire sa petite ronde

 

Tu vas beaucoup me manquer cher grand’père

Je n’oublierai jamais ces moments chaleureux passés près de toi

Tu seras dans mon cœur pour toujours chers pépère.

 

©  2001 Georgie  Mallais  - Tous droits d'auteur me sont réservés

 

                                                                               (Dédié à mon grand’père Jim Haché, pêcheur)

                                                                                                                          Georgie

1